Pendant très longtemps, on a considéré que la  prise alimentaire  n’était qu’une  affaire  de volonté  et  que

les personnes en surpoids pouvaient perdre du poids en faisant un effort pour contrôler leur  consommation

de nourriture. Néanmoins, au cours du siècle dernier, ce concept a été  largement  revu avec la découverte

progressive de nombreuses  hormones impliquées dans le contrôle de la prise alimentaire et de la dépense

énergétique. A la fin des années 90 médecins et les chercheurs ont pu identifier 2 hormones qui jouent un

rôle prépondérant dans la prise de poids : la leptine et la ghréline.


Les mécanismes de la faim, qui déclenchent entre autres  la prise de nourriture,étaient avant mal connus.

Cependant, un nouvel acteur a été identifié  en 1999 : il s'agit de la ghréline. Cette  hormone a donc  été

surnommée hormone  de faim, elle  joue un rôle  important dans la régulation de la prise alimentaire et du

poids à long terme. Elle est en fait actuellement la seule hormone orexigène (orexigène = qui est susceptible

de stimuler ou d’augmenter l'appétit) connue.


Il a été  démontré que les taux de ghréline sont inversement proportionnels au poids du sujet et augmentent

après  une perte pondérale. ll s'agit d'une hormone peptidique de 28 acides aminés, sécrétée  principalement

par  l'estomac, mais aussi  par de nombreux tissus périphériques  ainsi  que  par l'hypophyse et l'hypothalamus.


Le  Carbomax  permet  de réguler  la production de cette hormone dans votre  organisme grâce aux principes

actifs contenu  dans les produits végétaux naturels entrant dans sa composition. La diminution de la ghréline

permet de donner à votre cerveau un sentimentde satiété et donc d'éviter la sensation de faim ou de grignotage.


Comme dans tout  mécanisme  endocrinien, la  régulation de la prise  alimentaire fait appel à des mécanismes 

de feed-back. En effet,le cerveau est en permanence informé par des hormones de l’état énergétique de

l’organisme et peut alors modifier la prise alimentaire et la dépense énergétique en fonction des signaux reçus.

C'est pourquoi nous "jouons" avec nos traitements naturels sur ces taux de production d'hormones pour aider à

la perte de masse graisseuse et éviter un effet de reprise de poids une fois le traitement terminé.


En ce qui concerne les lectures scientifiques au sujet de la ghréline et de ses effets nous vous invitons à vous

référer uniquement à des études médicales dûment publiés dans des revues scientifiques à comité de lecture et

de bien vérifier que les auteurs appartiennent à des établissements publics (de recherche, d'université de médecine

ou de pharmacie, ou d'instituts de santé agrées par l’État).

 

Voici une liste non exhaustive de publications scientifiques prouvant les mécanismes d'action de la ghréline :

(vous trouverez ces publications sur internet via votre moteur de recherche)


- La ghréline : seule hormone orexigène connue
  Cahiers de Nutrition et de Diététique, Volume 40, Issue 5, novembre 2005, pages 270–280,
  Service de nutrition, Hôtel-Dieu, 75181 Paris Cedex 04

- Prise alimentaire: pas uniquement une question de volonté !
  Revue médicale Suisse, année 2099, page 769-772

- Du nouveau dans la régulation de la prise alimentaire ?
  Med Sci (Paris), année 2008, Vol. 24, N° 8-9; p. 680-682,
  Université Paris 7-CNRS UMR 7059

- Prise en charge de l'obésité : mise au point sur l'intérêt de la ghréline
  Thèse en pharmacologie, 1 vol., 80 p., Bibliogr. p.74-80,
  Université de Reims Champagne-Ardenne

- Ghréline et gip : rôle de l'estomac et du tube digestif dans la régulation de la prise alimentaire et du poids corporel
  Médecine et nutrition, année 2003, vol. 39, no2, pp. 65-71,
  Centre de Recherches de l'université de médecine de Nancy

- Rôle de la ghréline dans la régulation de la motricité gastro-intestinale
  Hépato-gastro, volume 12, numéro 3, mai-juin 2005,
  Centre de recherche de gastéroentérologie, Leuven, Belgique